Un logo au Bangladesh pour 5 euros

Gérer une entreprise, c’est aussi gérer ses couts et dans cette optique, la recherche du moins-disant n’est pas forcément une politique gagnante.

La concurrence internationale permet de tirer les prix des prestations de communication vers le bas, voire vers le néant et la tentation est grande de faire de substantielles économies sur ce portefeuille.
Il n’y a aucun mal à ça… si l’on sait très exactement ce que l’on peut en attendre.

Au-delà de la petite expérience relatée dans l’article cité ici, il y a des questionnements à se poser sur l’importance que l’on accorde au discours ou à l’image de son entreprise. Vous pouvez décider que le logo de votre entreprise n’a pas à être absolument original ou que vous n’accordez pas trop d’importance aux valeurs qu’il véhicule. Dans ce cas, effectivement, nul besoin de casser sa tirelire… si vous êtes bien conscient du niveau de prestation que vous achètez (à savoir du copier-coller de banques d’images)

À l’autre bout du spectre des possibilités, il y a aussi les grandes agences de com’ avec pignon sur rue qui — pour un cout extravagant — vont éventuellement vous fournir les tâtonnements plus ou moins inspirés de leur dernier stagiaire.

Finalement, travailler avec des professionnels de la communication, c’est avant tout construire une relation de confiance et un dialogue fourni pour en dégager un travail personnalisé et soigné, au plus près des réalités de votre entreprise.

« C’est le Lidl du logo », a commenté un ami directeur artistique à qui je parlais des tarifs pratiqués. Comme lui, je pense qu’un logo ne se résume pas à un joli dessin, mais qu’il doit traduire l’esprit d’une organisation, l’incarner dans le monde extérieur.On peut ajouter que le travail réalisé par un professionnel inclut en général toute l’identité graphique (incluant, par exemple, le choix de couleurs et de typographies), pas seulement le visuel figurant en haut du papier à en-tête.

Source : J’ai fait faire mon logo au Bangladesh pour 5 euros | Dans mon labo

Enregistrer

Les commentaires sont fermés