Stratégie de communication très ciblée

Si certaines entreprises peuvent rater un lancement de produit en évaluant mal la cible potentielle à atteindre, certain produits très ciblés peinent à trouver des stratégies de communication capables de toucher très précisément les prospects visés.

À titre d’exemple , saluons la très grande intelligence sociale et comportementale de cette campagne virale qui vise à toucher une partie précise de la population tout en évitant soigneusement d’être perçue par l’autre.

L’opérateur Vodaphone cherche à diffuser en Turquie une application discrète permettant aux femmes battues d’alerter trois contacts sûrs en cas de problème. Il y a une double contrainte : toucher un maximum de femmes pour atteindre la cible des femmes battues tout en demeurant totalement invisible pour les hommes qui ne doivent pas connaître ou comprendre la finalité de l’application pour qu’elle conserve son efficacité, c’est à dire sa discrétion.

Le biais sociologique choisi a été les habitudes genrées des cibles, à savoir la consommation de médias et de thématiques qui n’intéressent absolument pas les hommes : presse féminine, émissions beauté, affichage dans les toilettes pour femmes, supports de masse qui font la promotion de faux tutoriaux de maquillage sur Youtube avec une vraie campagne de sensibilisation dedans.

Stratégie brillante en deux temps qui repose sur une bonne connaissance des comportements de la cible et de ce que l’on pourrait appeler l’anti-cible. Rien de plus difficile que de faire beaucoup de bruit pour quelque chose dont le principal argument de vente est le secret!

La majeur partie de la campagne s’est faite via des tutoriels beauté, diffusés sur de fausses chaînes Youtube ou Vimeo animées par des actrices. Au milieu d’une vidéo expliquant comment appliquer son eyeliner avec une petite cuillère, la youtubeuse se coupe pour présenter l’app Red Light, avant de reprendre la démonstration pour une plus grande discrétion.

viaVodafone Red Light : une campagne de communication secrète contre la violence conjugale.

Les commentaires sont fermés